[Résumé]

En chassant dans les bois enneigés, Feyre voulait seulement nourrir sa famille. Mais elle a commis l’irréparable en tuant un Fae, et la voici emmenée de force à Prythian, royaume des immortels.Là-bas, pourtant, sa prison est un palais magnifique et son geôlier n’a rien d’un monstre. Tamlin, un Grand Seigneur Fae, la traite comme une princesse.

Et quel est ce mal qui ronge le royaume et risque de s’étendre à celui des mortels ?

A l’évidence, Feyre n’est pas une simple prisonnière. Mais comment une jeune humaine d’origine aussi modeste pourrait-elle venir en aide à de si puissants seigneurs ?

Sa liberté, en tout cas, semble être à ce prix.

 

[Avis Lecture]

Saga de Fantasy Young Adult, ACOTAR (A court of Thorns and Roses en VO) met en lumière ces nouvelles créatures qui succèdent aux vampires dans le cœur des lecteurs depuis peu, les Fae. Je n’ai jamais été une grande fan des vampires et de leur cruautés sensuelles à la Vampire Diaries, où quand boire du sang devient limite indécent, mais je dois bien reconnaître avoir accroché avec cette nouvelle “espèce”.

Aujourd’hui je vais parler des 3 premiers tomes, n’ayant pas encore lu les autres.
(Spoilers : Je n’ai pas réussi à finir le troisième, oups) 

J’ai essayé de ne mettre aucun spoil, et de prévenir aux endroits où il y aurait des spoils (surtout concernant l’avis de lecture du troisième tome).

Concernant le premier tome, je reconnais sans problème avoir apprécié ma lecture, la plume est assez agréable et facile à lire, l’histoire est, je trouve, assez fluide et bien qu’elle se concentre sur le duo Feyre/Tamlin sur toute la première partie du livre, on comprend rapidement qu’il se prépare autre chose. La partie Sous la Montagne est très bien amenée, bien écrite et assez prenante, mais je dois reconnaître avoir été assez déçue d’Amarantha. Elle était décrite dans le livre comme sans pitié et imprévisible, mais je l’ai trouvé assez miséricordieuse avec Feyre, ce qui a un peu cassé et décrédibilisé le personnage. Concernant les protagonistes, excepté Feyre, j’ai trouvé les autres personnages assez fades, même si je sentais que leur potentiel d’évolution était assez prometteur. Sans parler du côté assez prévisible de l’histoire, j’ai apprécié ma lecture et étais plutôt ouverte à la lecture du tome 2. 

Les premières pages de ce second tome ont été assez laborieuses à lire. Non seulement l’histoire était plate et on ne savait pas trop où cela allait, mais les personnages étaient tous plus insupportables les uns que les autres. Mais passé ces quelques pages, on découvre alors un nouvel aspect de la saga, que j’ai adoré. D’abord à travers de nouveaux lieux, de nouvelles cours, qui nous font totalement oublier les précédentes, mais également grâce à de nouveaux personnages, tous plus attachants les uns que les autres. À travers l’histoire et l’écriture, j’ai ressenti l’attachement nouveau et le bien-être que Feyre a ressenti grâce à eux. Lire à leurs côtés a été très agréable. Le nouveau duo Rhysand/Feyre nous fait très rapidement oublier ce pauvre Tamlin et, bien que le dénouement soit assez (voir très) prévisible, on apprécie largement le chemin parcouru pour y parvenir. L’histoire est globalement beaucoup plus calme et lente dans ce tome, mais ça ne dérange en rien la lecture, j’ai moi-même été suffisamment absorbée par la découverte plus en profondeur du monde sans pitié des Fae pour avoir le temps de m’ennuyer. Si on ajoute à cela une fin en apothéose, il ne m’en faut généralement pas plus pour me lancer directement dans la suite.

Mais la voilà, la déception. La déception est liée à une fin pleine de promesses dans le tome 2, promesses qui n’ont absolument pas été tenues dans ce troisième tome. 

? La suite spoil la fin d’ACOMAF, ne pas lire si vous ne l’avez pas lu jusqu’au bout ?

En effet, à la fin de ce tome 2, Feyre est de retour à la Cour du Printemps, où elle se doit de faire semblant d’être de nouveau elle-même, la Feyre folle amoureuse de Tamlin, sous l’oeil méfiant de Lucien. J’attendais beaucoup de ce retour, de cette peut être confrontation avec son ex-fiancée et son ex-famille. Mais voilà, j’ai l’impression que Sarah J Maas nous a mis ce plot twist à la fin du deuxième tome pour nous donner envie d’acheter le prochain roman, pour au final nous offrir des scènes inutiles, décrédibilisants les pouvoirs sans limite des Fae qui plus est, et ressemblant plus à un parcours de santé pour Feyre, alors que ça devait être une torture psychologique et dangereuse. Finalement, cette dernière obtient 2-3 informations loin d’être essentielles, elle se fait repérer par à peu près tout le royaume, sauf Tamlin évidemment, et elle part après avoir ridiculisé ce dernier comme s’il n’était pas le Grand Seigneur que tout le monde craignait dans le premier tome. Cette partie n’a, à mes yeux, servi à rien, alors que c’était ce sur quoi j’avais les plus grosses attentes à la fin du second tome.

Je n’ai pas fini ce tome. J’ai malgré tout continué après son retour à Velaris, en attendant de voir ce que cela donnerait, mais je n’ai pas accroché. Entre la présence insupportable et fade de ces sœurs, l’inutilité grandissante des autres personnages que j’avais pourtant adorée et les scènes d’amour entre Rhysand et Feyre toutes les dix pages, je n’en voyais pas le bout. J’ai été tenté d’avancer directement à la fin pour voir comment tout cela allait finir, mais je me suis retenue, me disant que peut-être j’aurais le courage de continuer ma lecture plus tard.

Ma note pour cette saga : ⭐️⭐️⭐️/5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.